Jour 28 : 19 septembre 2018

À la veille du 3e et dernier débat des chefs qui se tiendra sur les ondes de TVA, Jean-François Lisée et François Legault ne font pas de sortie publique et laissent la place à leurs candidats. Selon le modèle statistique de projection électorale de Qc125 basé sur le sondage d’hier, le prochain gouvernement du Québec serait minoritaire et caquiste. La réparation des sièges serait la suivante : 51 pour la CAQ, 47 pour le PLQ, 21 pour le PQ et 6 pour QS.  

Philippe Couillard, de passage en Abitibi-Témiscamingue, promet à nouveau de s’attaquer au problème de la pénurie de la main-d’œuvre. Il mentionne qu’il est nécessaire d’aller chercher plus de travailleurs chez les Premières Nations, sans donner plus de précisions. Le ministre sortant François Blais annonce que le Parti libéral du Québec investirait 5 millions $ dans l’ancien site du jardin zoologique de Québec afin d’en faire un espace vert accessible à 100 %. Les travaux seraient réalisés « à l’intérieur d’un an » et l’accès au public serait gratuit.

equals

La vice-chef, Véronique Hivon, annonce qu’un gouvernement du Parti Québécois mettrait en place un chantier de 2,3 milliards $ pour rénover les écoles vétustes et améliorer la qualité des services aux élèves. Il s’attaquerait également à la précarité d’emploi des enseignants, en adoptant dans chaque commission scolaire un « seuil garanti de services professionnels ».

equals

Huit candidats, dont Sonia Lebel, Ian Lafrenière, Marguerite Blais, Danielle McCaan et Lionel Carmant, font une sortie publique pour rappeler l’engagement de leur parti d’interdire la consommation du cannabis dans les lieux publics et d’établir l’âge minimal à 21 ans pour en posséder. Ils en profitent également pour prendre la défense de leur chef, François Legault : « C’est sûrement le premier ministre que nous allons avoir le 1er octobre et c’est un homme extrêmement compétent », selon Mme McCaan.

equals

De passage à Sherbrooke, Gabriel Nadeau-Dubois va à la rencontre des étudiants de l’Université de Sherbrooke dans l’objectif de « faire sortir le vote des jeunes ». Pour la première fois dans l’histoire de Québec solidaire, sa co-porte-parole, Manon Massé, prend la parole devant 200 convives de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Elle a notamment précisé la proposition de son parti à l’effet de cesser les versements au Fonds des générations, en insistant sur le fait que l’on devrait se préoccuper davantage de la dette environnementale. 

equals

Tweets du jour

Caricature du jour